deutsch       english       español       français      italiano
      にほんご       nederlandse       polska       português        русский      中国人


Changement de quart de travail (courte histoire)

Brigitte Neumann

Alors qu'elle se lave les mains, la grande horloge au-dessus de la lourde porte blanche à côté de l'évier indique quatre heures et demie. Les premières lueurs de l'aube tombaient par la fenêtre entrouverte de l'autre côté de la pièce. Elle prenait le dur faisceau lumineux de la lumière vive des tubes au néon dans les boîtes grillagées sous le haut plafond. Rien n'ornait cette pièce, qui était carrelée jusqu'au plafond de carreaux brillants.

Chaque angle clignotait, propre et stérile, aucun objet n'étant dépourvu d'une place fixe et d'une fonction rationnelle.

Ce soir, Rebekka avait une fois de plus lutté contre la froide fonctionnalité et la perfection de cette pièce. Elle avait toujours peur des nuits comme celle-ci. Elles avaient occupé les quatre lits. Toutes les femmes qui accouchaient avaient des problèmes avec cette ancienne salle d'accouchement, qui n'offrait aucune intimité, si ce n'est celle des murs espagnols entre les lits. Mais ils la connaissaient pour son professionnalisme. Ces nuits-là, elle se montrait aussi en consacrant toute son attention à chaque individu et en les incitant à ne se concentrer que sur eux-mêmes.

L'une d'entre elles attendait toujours. Elle était là hier soir et était restée toute la nuit - jusqu'à ce que les autres soient prêtes. D'innombrables douleurs de travail étaient venues et reparties. Mais son col de l'utérus ne s'ouvre pas et ne veut pas s'ouvrir.

La sage-femme s'est séché les mains. L'eau froide qui venait de couler sur ses avant-bras avait dissipé sa fatigue. Rebekka se regarde dans le miroir et enlève en vain une mèche de cheveux indisciplinée de son front. Dans une heure et demie, une collègue viendra les relever. Elle s'approche de la mère, assise sur une épaisse boule verte devant le lit, soutient son dos avec ses mains, fait le tour de son bassin et regarde par la fenêtre.

La jeune femme s'est retournée. "Maintenant, elle est prête", a pensé Rebekka. Elle la regarde retirer ses mains de son dos et les poser sur son ventre épais et rond, comme pour transmettre ce message au petit être à naître. Une nouvelle contraction secoua la femme. Elle respira profondément dans son ventre comme elle l'avait appris et essaya de sourire à la sage-femme à travers les contractions. Ce n'était qu'une tentative infructueuse. Maintenant, son parfait contrôle de soi, avec lequel elle avait été en contrôle toute la nuit, s'effondrait.

"Détendez-vous", dit la sage-femme d'une voix douce, "détendez-vous. Ne souriez pas. Détendez-vous. Tous les muscles du visage se détendent. Laisse tomber la mâchoire inférieure. Ayez l'air d'un mouton stupide." La femme a dû rire. Les contractions s'étaient calmées. Mais la suivante a suivi - avec la même intensité. Rebecca s'est placée derrière la femme et a mis ses mains en croix. Elle a mis la pression et la chaleur contre la douleur. Entre les jambes de la femme qui accouchait, un jaillissement chaud s'est produit. Elle a perdu les eaux. Les contractions devinrent encore plus violentes et se succédèrent à des intervalles de plus en plus courts. La sage-femme l'a aidée à s'allonger sur le lit, a placé un épais coussin dans son dos et a tiré une perche à laquelle elle pouvait se suspendre.

Elle savait que la femme qui accouchait souffrait et avait besoin d'instructions explicites. C'est pourquoi la voix de Rebekka a laissé place à toute douceur. Elle a donné les ordres avec détermination et force. "Haletant !" "Respirez !" "Ne pousse pas, ne pousse pas encore !" "Respire !" Les contractions étaient de plus en plus fortes. La femme voulait crier, mais elle a serré la bouche. "Crie, crie aussi fort que tu veux", lui a crié la sage-femme. Ce malheur semblait être infini et menaçait de la déchirer. Plus d'air, plus de souffle, seulement des contractions, des douleurs qui piquaient, tiraient, éclataient partout. Cela s'est calmé. Rebecca a aussi respiré. "Grandiose ! Bien supporté ! Maintenant, ta tête est assez basse. Je peux déjà voir les cheveux. Au malheur suivant, elle a donné de nouvelles instructions. Et là, tout s'est passé. Deux autres douleurs pressantes exorcisantes suivirent, puis le premier cri retentit bientôt. Un peu plus tard, l'aiguille de l'horloge a sauté sur la sixième heure. La sage-femme a donné le nouveau-né au sein de la mère, l'a regardée faire gargouiller le lait chaud de ses seins fermes après une rapide recherche - et a dit au revoir. Nous l'avons fait !

Mentions legales      Politique de confidentialite     Images: www.pixabay.com